De par sa voix au timbre unique et son charme naturel, Lianne La Havas ne laisse personne indifférent.  Pas même la célèbre maison italienne Moschino, qui a demandé à la demoiselle de mettre en musique son défilé automne-hiver 2012-2013, avec les compositions issues de son premier album Is Your Love Big Enough?. A 22 ans, la jeune auteur-compositeur-interprète britannique a déjà le bagout d’une grande.


Propos recueillis par Valentine Croughs

Que penses-tu de Londres en termes de musique et de mode ?

Londres est une capitale très créative. J’adore la mode à Londres, une ville imprégnée d’un parfum de vintage. Beaucoup de gens façonnent leur propre style comme un prolongement de la personnalité, moi-même j’adore le faire. Londres est aussi chargée d’une histoire qui inspire la mode et le design façon très intéressante. Quant à la musique, de nombreux endroits te permettent de jouer et de commencer une carrière. Il en résulte plein de concerts, ce qui est important pour alimenter la création, la découverte de nouveaux artistes à Londres. 


Tu as été choisie pour jouer durant le défilé de Moschino, comment était-ce ?

Ce fut un moment merveilleux pour moi qui adore les vêtements. Et la collection « Cheap and Chic » (automne-hiver 2012-2013, ndlr) qui était présentée m’a bien plue. J’aurais pu porter tout ce qui défilait. D’ailleurs, j’étais habillée par Moschino, coiffée et maquillée comme les mannequins. C’était très marrant ! Et puis je trouve l’idée plutôt sympa de proposer un live plutôt qu’une bande son enregistrée.

As-tu reçu certaines pièces Moschino ?

On m’a donné un haut très coloré, avec des imprimés effet “maquillage”. Ca tombe bien, j’adore la couleur. J’ai également reçu une jupe et une ceinture oranges. Et j’ai pu garder mon bandeau et l’une ou l’autre paire de chaussures. Je ne les porte pas très souvent, j’ai trop peur de les abîmer…

Quelle est ta tenue fétiche de scène ?

J’adore porter des robes en ce moment, plus que les pantalons. J’en ai donc quelques unes. J’ai l’impression qu’une robe me correspond mieux sur scène et renforce mon propos. Il y a certaines formes qui me plaisent particulièrement, comme l’esprit un peu ballerine avec une mini-jupe qui donne un effet tutu. C’est une forme qui marque, même de loin, et dont on se souvient. Mais récemment, j’ai expérimenté un ensemble beaucoup plus féminin car je sens que je deviens une femme. Dans l’absolu, j’espère pouvoir porter du Moschino plus tard et d’autres marques de créateurs. Des tenues bien faites qui te donnent le sentiment de valoir des millions de dollars.

Retrouvez la suite de l’interview de Lianne La Havas dans le Modzik #29 de la rentrée.

Lianne La Havas

Is Your Love Big Enough ?

(Labour of Love/Warner)

www.liannelahavas.com