Monté par Lloydie Le Dalour, Koddé lance son premier défilé le vendredi 20 décembre pour présenter sa collection printemps-été.

Une veste en jean crop-top, ornée de fleurs jaunes et dont les manches rappellent les carreaux Tati, surgit sous nos yeux. Ils sont également présents sur le bas du jean taille basse, lui-même composé d’un mix de plusieurs jeans. Il s’agit de la collection printemps-été de Koddé. Inspirée des années 80 et de la sapologie, la créatrice mêle les matières comme bon lui semble, pour un résultat déstructuré et élégant.

Comme ce pantalon vert dont le bas est fait de poches de costume. “Ces détails sont toujours situés au niveau des mains et du bas du pantalon, pour accentuer le geste dont ces parties corporels sont à l’origine. Je trouve cela très gracieux”, explique la créatrice. Un détail fantaisiste, qui trouve sa place dans les patchworks harmonieux qu’elle produit. En témoigne une longue robe polo, constitué de jean et d’imprimé militaire. “Je redonne une nouvelle vie aux anciens vêtements, que je trouve en friperie par exemple”, explique Lloydie Le Dalour.

Photo de Jehane Mahmoud
Photo de Jehane Mahmoud

Née en France, elle a grandi au Cameroun. Elle se confie sur le métier de créateur : “C’était un peu tabou le statut d’artiste en Afrique avant. Je faisais de la couture depuis mes 14 ans, mais je ne réalisais pas que cela pouvait être un métier”. Elle ajoute, en présentant sa passion mode : “je viens d’une famille très créative : mon père est un ancien créateur, il a enseigné à ESMOD et ma mère était mannequin. Elle fait des sacs aujourd’hui”. À travers ses vêtements, elle se libère de sa colère : “j’ai un parcours difficile et c’est ce que j’exprime par le biais de la mode. J’écris aussi énormément et chante. Je suis très inventive”. “D’autre part, je travaille énormément sur mes pièces, recommençant sans cesse jusqu’à ce que je sois satisfaite”, explique-t-elle.

Photo de Jehane Mahmoud
Photo de Jehane Mahmoud

Lloydie Le Dalour a pour projet de s’installer au Mali pour y ouvrir un atelier. “Les femmes maliennes aiment s’habiller. Et puis j’aimerais beaucoup revisiter le boubou”.

Rendez-vous donc ce soir à La Capela afin de voir l’étendue du talent de Lloydie Le Dalour.