Entre Genève et Paris, METEO, le projet du journaliste Witold Langlois éclaire de plein feux les nouvelles pépites de la scène musicale francophone.

Une jeune femme au micro, vêtue d’un maillot de foot de la Thaïlande, chante sur un beat électro soutenu. Conquise, la foule s’anime au rythme du son de Moesha 13, jeune chanteuse originaire de Marseille et représentante du mouvement post-internet. Après elle, le duo Aamourocean — qui a notamment composé la musique des défilés de Koché — est venu aussi enflammer la salle. Il pourrait s’agir d’une soirée électro-underground comme une autre, mais il n’en est rien : elle est accueillie au sein du festival de La Bâtie, l’un des plus grands évènements culturels de Genève, lui-même classé comme l’un des meilleurs festivals d’Europe selon le Guardian. Et c’est une nuit METEO.

La faute à qui ? Witold Langlois, journaliste culture passionné de musique, à l’origine de cette soirée et plus largement de METEO. C’est le nom du projet qui repère et met en avant des perles musicales méconnues de la scène francophone : « METEO est un média défrichant les talents musicaux francophones émergents à travers des mixes biographiques, ainsi que les soirées Club METEO et Nuit METEO, organisées pour l’instant essentiellement entre Genève et Paris », explique son créateur. En effet, les mixes biographiques permettent aux divers musiciens de se présenter via une playlist de sons fétiches. À cela s’ajoute les METEO story, où le journaliste interviewe un artiste de son choix : « elles retracent en musique, la vie de personnalités bien installées à travers une période donnée de leurs carrières »Claude Lombard — célèbre interprète des génériques des dessins animés des années 80 — est la dernière artiste à être passée au micro de METEO. On compte aussi Olivier Fallaix, journaliste spécialisé dans l’animation japonaise. Ainsi, Witold Langlois tisse un patchwork musical éclectique, à l’image de sa curiosité artistique.

Photo de Mikaël Vilchez

Mais quelles sont les racines d’un tel projet ? « J’ai créé METEO en septembre 2016 à Genève. METEO avec l’oeuf à la place du « O » dans le logo pour symboliser l’éclosion, la naissance et la bonne nourriture ». Il ajoute : « je passe mes nuits à défricher sur soundclound, à choper des coups de coeur. C’est mon leimotiv ». Et c’est là qu’interviennent les fameuses soirées, qui ne cessent de gagner en popularité : « j’aime créer des camaraderies, des collaborations, voire des amitiés entre les artistes ». D’ailleurs, ce projet orienté vers le son, n’est pas des plus anodins et répond à son parcours de DJ et artiste plasticien (vidéo, dessin, peinture etc).

Le journaliste accompagne ses soirées d’une communication visuelle originale, comme dans le flyer ci-dessous, où il y incorpore sa passion manga : « Le flyer de cette soirée a été créé par un jeune mangaka bédeiste de Genève, dont j’apprécie le travail. Je lui ai demandé de nous armés, moi et mon invité Boe Strummer, de clefs USB ».

« Il y a toujours une cohérence dans mes soirées. Chaque évènement à son flyer designé par un artiste ou illustrateur que j’aime », déclare Witold Langlois. « Et parfois je « narre » mes soirées au micro en présentant chaque invité : le journalisme n’est jamais loin ». En mêlant ces approches et références empruntant à plusieurs domaines, le fondateur de METEO est parvenu à attirer l’oeil du public genevois, atteignant par là son objectif : « Des initiés, des curieux, de jeunes mélomanes… À Genève ce sont les jeunes qui ont enfin trouvé en METEO une nouvelle proposition ».  En effet, ce public curieux n’était pas satisfait des propositions musicales de la ville suisse : « les clubs avaient tendance à tourner en rond dans la programmation. De la drum’n’bass depuis 2001, du rap-r’n’b de NRJ en boîte… Rien de folichon. J’ai donc essayé de remuer tout cela », raconte le fondateur.

Bien lancé, METEO est parti pour monter toujours plus haut. L’année 2018 s’annonce prolifique, sur la lancée de ces deux jeunes années bien remplies. Une compilation de musiciens francophones sortira sur Soundclound en janvier, avant de débarquer dans les bacs en CD. Sans compter un concert à l’Officine 2.0 à Paris, le 26 janvier, où de jeunes créatifs suisses rencontreront des français débutants.

D’ailleurs, un évènement METEO s’invite très bientôt dans ce même lieu. En effet, demain à l’Officine 2.0, à Paris (on vous le répète au cas où) se déroulera la 3e et dernière partie des soirées METEO x SON DE VILLE. Save the date.