Gystere aka Adrien Peskine semble avoir vécu 1000 vies. Si aujourd’hui il nous livre “Strange Breathing” en amont de son premier album A Little Story à venir le 20 novembre prochain sur Sodasound / Kuroneko, il a participé à de multiples projets tels que Disto TV et sa soul /punk, Frer 200 et son rap de copains ou le duo Mc Luvin et sa pop léchée (qui a enchaîné les tournées en premières parties de Yuksek ou Stromae).

Mais l’histoire de notre trublion commence bien plus tôt : Adrien a passé une partie de ses jeunes années dans les bahuts de Las Vegas en jouant les (faux) rebelles puis à New York à 18 ans en essayant de mimer les musiciens du coin avant de finalement se retrouver à jouer dans le métro parisien. Tout cela le conduit à se construire en tant qu’artiste complet et protéiforme à la fois songwriter, DJ, plasticien, réalisateur de clips ou pianiste pour Cerrone, le Jamel Comedy Club ou le Grand Journal de C+.

Depuis il entrelace sa musique psych-funk moderne et pop d’un imaginaire de science-fiction débridé, façon DYI empruntant sans vergogne aux années 70 et 80 avec brio. Sous des dehors tubesques et légères, sa musique n’en contient pas moins des messages anti-racistes et anti-sexistes bien ancré dans notre époque.

Aujourd’hui entouré de son Gystere Live Band, un groupe de 6 musiciens aguerris, il n’a de cesse de mêler un groove imparable et un psychédélisme exacerbé, le tout sous un thème afro-futuriste qui renvoie au jazz-funk vaudou des 70s tout autant qu’à l’activisme anti-raciste actuel.