Les motifs ont envahi notre quotidien. Imprimé, sérigraphié, brodé, tissé, floqué, découpé avec les nouvelles technologies que la mode adopte, le print se décline sous de nouvelles apparences. Chaque années, les print reviennent sans cesse, peu de marques n’utilisent pas cette technique. Elle fait partie d’un folklore, de coutumes, l’envie de faire passer un message ou de représenter le réel. C’est une forme d’art à part entière. Désormais, le print a toute sa place au sein de la mode, il se superpose, s’agrandit et pioche dans différent univers. Il abuse des matières et des techniques inspirant des stylistes, ainsi que des artistes. Quelles sont les marques qui usent habilement de la tendance du print ?

Kenneth Ize

Vous connaissez sûrement déjà son nom. Kenneth Ize a étudié à l’Université des Arts Appliqués de Vienne et il est l’un des anciens finalistes du prix LVMH. Né et élevé à Vienne dans une famille traditionnelle nigériane, il préserve un lien fort avec ses racines. À l’origine, il conçoit des vêtements pour hommes, des costumes et des pantalons décontractés. Ce n’est qu’en 2019 que le designer commence à créer des vêtements pour femmes.

Ses pièces colorées en « aso oke », un tissu traditionnel nigérien, fait de carrés tissés à la main sont sa signature. Son envie est de préserver un métier patrimonial qui existe depuis des siècles. Réinterprétation d’exemples d’artisanat nigérien, Kenneth Ize souhaite créer une perspective originale dans le textile et la mode. Pour ce faire, il emploie des techniques de couture ancestrales et reprend des prints à carreaux colorés. Des pièces qui ont tapé dans l’oeil de la top model Naomi Campbell puisqu’elle a même accepté de défiler pour sa collection à la dernière Fashion Week de Paris

Instagram de Kenneth Ize

A U N É

A U N É est un concept store de mode qui se concentre sur la façon dont les collections de mode passées et actuelles interagissent. La jeune marque portugaise a depuis peu lancé sa collection de pièces aux prints captivants. Superpositions de modèles et d’images plus ou moins reconnaissables, cette marque émergente représente cette apogée du print. Le magasin situé à Lisbonne stocke également des pièces d’archives des années 1980 et 1990. Pour ce faire, le concept souhaite prouver que le style est en conversation avec des modes antérieures.

aunestore.com

CLAN

© CLAN

CLAN est une marque émergente fondée par la photographe londonienne Ana Larruy, née à Barcelone, qui imprime ses propres images sur des hauts et des robes simples en tissu stretch durable. Tissu produit dans l’usine familiale de Mataro en Espagne, chaque pièce est fabriquée avec des plastiques recyclés et produite en petites séries pour éviter les déchets. L’idée lui est venu en imprimant ses portraits, tout en l’enveloppant autour de son corps, elle a remarqué quelque chose d’inhabituel. L’œil du mannequin s’était étendu sur sa poitrine et l’effet était captivant. Un médium approprié pour le print, une déclinaison de modèles légèrement transparents qui transmettent le pouvoir de la photographie. 

Instagram de CLAN

Leila Nour Johnson

Leila Nour Johnson est une jeune créatrice qui conçoit des pièces uniques dont les motifs s’inspirent de l’histoire, des lieux ainsi que des gens qu’elle rencontre. Imprimées à Londres, les pièces sont assemblées à Paris par un tailleur. Les chutes sont toutes réutilisées à des fins d’upcycling afin d’être développées dans des collections en collaboration avec Charline Prat. Son travail repose sur sa conviction que chaque individu est unique et compose son histoire. Ainsi, elle puise son inspiration dans l’exploration des histoires ancestrales de chacun. Ce qui donne lieu à de nouvelles images reliant passé et présent. Leila prouve qu’il existe un dialogue constructif entre la personne qui porte et celle qui regarde, un véritable symbolisme du print.

Instagram de Leila Nour Johnson

Lulu Kaalund

© Joe Skilton

Lulu Kaalund crochète des tapis colorés et des motifs géométriques qui conviennent à des pièces vestimentaires uniques. La jeune créatrice conçoit tout à la main à l’aide d’une simple bobine de fils. L’artisanat est sa forme de travail, ainsi elle crée des motifs presque hypnotiques et hyper colorés. Une méditation au crochet qui promet de belles pièces print à l’avenir. 

Instagram de Lulu Kaalund

Margaux Dereume

Les prints sont décidément partout dans la mode. Fascinée par les fleurs, l’artisanat, ainsi que le design Margaux Dereume s’inspire de la mode pour y appliquer un motif. La jeune print designer et artiste, perçoit le vêtement comme une toile vierge. La spontanéité de son geste fait écho à l’émotion qui se dégage de ses créations.

Margaux travaille essentiellement à l’encre ou à la gouache sur papier, elle s’essaie également à des méthodes plus numériques à l’aide d’une tablette et de son ordinateur. Sur des feuilles ou du tissu, elle associe les éléments comme des calques et travaille habilement la matière et la texture. Ses prints plaisent puisqu’ils ont été choisis pour certaines pièces de la collection Printemps/été 2020 de Jacquemus. Elle collabore également avec d’autres marques de vêtements. Une preuve que le print a une place indéniable dans le monde de la mode.

Instagram de Margaux Dereume