L’heure est au “binge watching” cette pratique connue des amateurs de séries, appliquée à la lettre en ce mois d’auto-isolement. Mais pas de panique, nous avions déjà cette frénésie de regarder notre série sans l’effet confinement. Netflix ou HBO recèlent de pépites esthétiques, dont les protagonistes sont dotés d’un caractère trempé et d’un style qui leur est propre. Petit tour d’horizon des looks et attitudes de ces personnages des séries emblématiques du moment.

Le grunge attitude dans Sex Education

La mode joue un rôle clé dans la série Sex Education. Qu’il s’agisse de Maeve, Eric, Jean ou Aimee, il y en a pour tous les goûts dans la comédie britannique. Le personnage qui nous a le plus marqué est Maeve, jouée par l’actrice française Emma Mackey. La jeune héroïne n’ose que très rarement la couleur, exceptée sur ses cheveux dans la saison 1. Attitude provocatrice mais grand coeur, le personnage se métamorphose au fil des saisons tout en gardant son audace indéfectible. Anti-conformiste et féministe, ses tenues le soulignent. Sa veste à franges est devenue un incontournable auprès des fans.

Vintage et funk dans I am Not Okay with This

I Am Not Okay with This est une série Netflix adaptée de la bande dessinée du même nom de Charles Forsman. Le personnage dont l’attitude dénote est le second protagoniste Stanley (Stan), le meilleur ami et voisin de Sydney. Il est décrit comme : “Tellement pas cool qu’il est cool“. Jeune lycéen étonnant, la nonchalance qu’il dégage est un exemple à suivre en ces temps un peu déstabilisant. Au bord de sa Ford Fairmont de 1978, joint au bec, il arbore des tenues colorées toutes plus audacieuses les unes que les autres. Un look qu’il assume d’ailleurs face à un père autoritaire. Un “cool kid” qu’on veut tous comme ami !

L’anti-système de la Casa de Papel

La quatrième saison de La Casa de Papel a finalement atterri sur Netflix. C’est un succès sans précédent dans l’histoire de la télévision espagnole. L’émission crée par Alex Pina est désormais célèbre dans le monde entier, tout comme les fameuses combinaisons rouges et masques représentant le visage de l’artiste Salvador Dalí. Les personnages sont des Robin des Bois improbables, des rebelles attaquant le système capitaliste, suivant l’esprit brillant du Professeur, avec leurs caractéristiques, leurs amours, leurs désaccords, leurs faiblesses, leurs passés encombrants et leurs rêves pour l’avenir. Une tenue qui camoufle leurs vraies styles qui sont chacun très différents. L’attitude Casa de Papel c’est l’esprit rebelle assumé !

Dentelle et conservatisme dans la série Unorthodox

D’après les mémoires de 2012 de Deborah Feldman, Unorthodox : The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots, l’émission en quatre parties suit Esther « Esty » Shaprio (Shira Haas), une juive satmar de 19 ans qui vit à Williamsburg, à Brooklyn, et est piégée dans un mariage arrangé. De la robe de marié en dentelle stricte aux petites robes liberties légères, le personnage évolue avec son style. Faisant exempt des conventions forcées de sa religion, le personnage se libère peu à peu et sort des carcans imposés aux femmes.Une ode à la liberté de la femme !

Coup bas et uniforme dans la série Elite

Véritable Blair Waldorf espagnole, Lucrecia veut toujours être la meilleure et fait tout pour y parvenir. Compétitive et ambitieuse, c’est le personnage pourri gâté de la série. Adepte des looks siglés, un signe extérieur de sa richesse qu’elle étale sans dérision dans la série. Les uniformes des lycéens de l’école prestigieuse alternent avec des tenues de soirées toutes plus riches les unes que les autres, face aux nouveaux élèves provenant d’un lycée moins huppé.

L’attitude caméléon de Killing Eve

La série à succès de Phoebe Waller-Bridge, pour laquelle Sandra Oh a été récompensée d’un Golden Globes raconte l’histoire de deux femmes dont la fameuse Eve Polastri, un agent des services de renseignement britannique. De l’autre, une jeune tueuse à gages atypique. Interprétée par Jodie Comer, elle s’appelle Villanelle et a considérablement marqué les esprits. Pour son humour et sa sensibilité, certes mais aussi et surtout pour ses tenues dignes d’un défilé de mode. Quant au personnage d’Eve c’est le jeu de caméléon de l’agent qui est à souligner, polyvalente et douée en tout, elle étonne !

Le cyberpunk d’Altered Carbon

La série se déroule sur 360 ans dans le futur dans une métropole futuriste connue sous le nom de Bay City. Créé par Laeta Kalogridis, l’inspiration principale de la série Altered Carbon est le roman du même nom de Richard K. Morgan en 2002, mais il se superpose également à de nombreuses autres inspirations. Tout comme Bay City, Altered Carbon est un melting-pot de styles qui rappelle entre autres Philip K. Dick, Raymond Chandler et Edgar Allan Poe. Une série futuriste de vengeance dont l’esthétique est proche du Blade Runner de Ridley Scott. Des tenues sobres et des personnages sombres, dont la seule vision d’un petit sac rose sur le dos du personnage principal dénote avec amusement !

La classe assumée de Westworld

Westworld est une série de science-fiction créée par Jonathan Nolan et Lisa Joy pour HBO. Un parc d’attractions futuriste qui recrée différents univers peuplé d’androïdes. Suite à une mise à jour du programme, les dirigeants du parc font face à un bug dans le comportement des hôtes. Le personnage phare de cette série c’est Dolores Abernathy qui endosse de multiples rôles et costumes au travers des époques et mondes. Une classe appuyée au fil des saisons. Une héroïne sans peur au chic assumée !