Comment réussir à rester moderne en empruntant des références appartenant au passé – dans ce qu’il a fait de meilleur (et de pire) – sans tomber dans la réinterprétation aseptisée ? L’équipe de MODZIK s’est posé la question dans son nouveau numéro intitulé « Nouvelle nostalgie ». Un numéro dans lequel la mode et la musique empruntent à l’histoire des références diverses et les injectent dans des créations contemporaines sans jamais tomber dans le spleen.

SZA porte un T-shirt Afterhomework Paris, une chemise Cheap Monday, un pantalon et des bottes Véronique Leroy. Photo: Alex Brunet / Style: Nicolas Dureau.

La jeunesse n’a jamais été aussi friande de ses souvenirs d’enfance et d’adolescence, comme si cette période était un gage de qualité, de style et de réconfort. Des périodes souvent douces où l’insouciance régnait en maître, où les responsabilisé étaient moindres. La folie Internet commençait à peine à décoller et les réseaux sociaux n’existaient pas encore, ces mêmes « réseaux » qui nous éloignent de la vie réelle et qui ont peu à peu raison de notre santé mentale. Nous avons demandé à des artistes d’horizons différents, nés avant les années 2000, débutants ou confirmés, de se confier sur leur héritage culturel. Les réponses ont été à la hauteur de nos espérances : profondes, éclectiques et toutes teintées d’une nostalgie positive.

Cailin porte une brassière et une jupe Fendi pour F is for Fendi. Photo: Louis Philippe de Gagoue / Style Thiphaine Menon.

Pourquoi la mode s’inspire du passé pour ses collections actuelles ? Comment réussit-elle à se réinventer malgré ce sentiment omniprésent de « déjà-vu » et « déjà-entendu » ? Hommage ou retour aux sources ? Autant de questions qu’il est légitime de se poser, car les références à un passé souvent glorifié et fantasmé sont omniprésentes dans notre quotidien, que ce soit dans la musique, la mode ou l’art. C’est à se demander si le monde n’allait pas mieux avant ? Les années 90 et 2000 ont le vent en poupe: Paris Hilton n’a jamais été aussi cool, le fard à paupière bleu sublime tous les regards et la mode ne jure que par les anciennes maisons, qui, il y a encore peu de temps, ramaient à se défaire d’une réputation vieillissante. Elles ont réussi à se relever en insufflant des notes modernes à leur ADN.

Naomi porte un top Ellery, un pantalon Topshop et des boots Marine Serre et Lisa porte un manteau Odd-White C/O Virgil Abloh et un pantalon Ellery. Photo: Nil Hoppenot / Style: Tiphaine Menon.

Modzik a une nouvelle fois misé sur les femmes pour ce nouveau numéro. Toujours prêt à parier qu’elles seront les piliers d’un avenir meilleur. SZA, la protégée du rappeur Kendrick Lamar, sort son premier opus « Ctrl », nous l’avons rencontrée à Paris où elle nous a dévoilé son penchant pour l’esthétisme d’antan, et son style décalé, maladroit, souvent de mauvais goût. Un retour en arrière nécessaire traduisant un ras-le-bol à la bienséance et à la perfection qui résonnent comme des notions de plus en plus floues. La chanteuse américaine, Cailin Russo, quant à elle, nouvelle chouchoute des millennials, dotée d’une voix puissante et d’une jolie moue boudeuse se fraie petit à petit un chemin dans l’industrie musicale grâce à deux singles sortis récemment. Quant aux jumelles d’Ibeyi, elle se livrent sans concession sur leur second opus « Ash », un album plus dansant et bouillonnant que son prédécesseur.

Quelle meilleure occasion aussi pour nous de vous présenter de jeunes artistes français tels que Hyacinthe et Eugénie qui ont pris la pause avec une aisance déconcertante, s’exposant aux yeux de tous.

Hyacinthe porte un manteau Dries Van Noten, une combinaison Gucci, des lunettes Nike et des bottes UGG x Jeremy Scott. Photo: Yann Morrison / Style: Nicolas Dureau.

 

Eugénie porte une robe Paskal, des boots Courrèges et un sac à dos MCM. Photo: Rebecca Lafaye / Style: Isabelle Decis.

Demi-tour vers le passé, direction le futur. Pour y arriver, dans les meilleurs conditions et en un seul morceau, MODZIK a fait un détour en Belgique, afin d’y rencontrer le talentueux Oscar & The Wolf, coté musique, ainsi qu Leo by Leo pour la mode. Oscar & the Wolf y dévoile sa personnalité ambivalente, poétique et animale, et la créatrice de Leo by Leo, fait le bilan et nous explique d’où vient la nostalgie omniprésente dans ses collections.

Max d’Oscar And The Wolf porte un ensemble Marni, un T-shirt Blouse chez Matchesfashion et un béret et baskets Louis Vuitton. Photo: Justino Esteves / Style: Edem Dossou.

MODZIK #53 est un hommage à un passé chéri, qui se conjugue au présent pour un avenir radieux – espérons-le.