transmusicales-rennes-2016-modzik Festival, Playlists   |  23 Nov 2016 à 15:49

Qui voir aux 38ème Trans Musicales de Rennes ?

37 années que les Rencontres Trans Musicales de Rennes font vibrer le Pays rennais, 37 années que les artistes programmés deviennent pour certains les stars de demain. On y a vu les Daft Punk, la première française de Nirvana, Birdy Nam Nam, Yuksek ou encore Justice, The Fugees ou Amadou et Mariam. Un festival tellement défricheur de talents que depuis des années les médias s’amusent à parier sur les chances des programmés de devenir un jour les headliners du monde entier. Modzik a voulu se plier à l’exercice : voici selon nous les six prestations à ne manquer sous aucun prétexte.

Petite suisse signée sur le label Danse Noire, ses origines népalaises lui confèrent un prisme unique dont elle se sert habilement dans ses compositions musicales. Un must-have pour sa proposition artistique qui fluctue entre bass music et sonorités spirituelles. Son album sorti en 2015 prouve la maturité que ses années de méditation lui ont apporté.

 

Protégé de Lisbon Lux Records, le chilien de naissance aujourd’hui basé auprès de son label à Montréal dispense une musique électronique tantôt onirique, tantôt diabolique. On pense à Mondkopf, aux Enfers et à l’Eden. On danse tête en l’air ou en regardant ses pieds. Ou quand l’introspection devient extravertie.

 

Certainement le plus installé de notre sélection, le rappeur irlandais avait déjà conquis la planète rap avant même d’avoir fini ses études. Passé par les Etats-Unis durant sa scolarité, le jeune homme a tout quitté pour rentrer à Dublin, sa ville de cœur, et sortir le meilleur EP de l’année 2013. Il passera par les Trans Musicales avant de sortir le très attendu Dear Annie, son premier album.

 

Meute c’est la fanfare du troisième millénaire : des trentenaires allemands élevés dans l’amour de la musique techno des années 90 mais très certainement poussés au solfège par leurs aînés. Qu’à cela ne tienne, les joyeux lurons ont décidé de concilier les deux et de s’auto-proclamer Techno Marching Band, sous-entendu la fanfare de rue techno. Ni électricité, ni boite à rythmes, garanti sans trucages. A ne manquer sous aucun aucun aucun prétexte.

 

Les plus gothiques des rappeuses, ou les plus gangstas des vampires, avec Nova Twins on ne sait pas sur quel pied danser puisque c’est de tout son corps qu’on a envie de se défouler tant leurs productions sont des bombes et leur flow le canon. Fausses sœurs mais véritable relève de Rage Against The Machine, elles ont su capter toute la musique contestataire du Royaume-Uni dont elles sont originaires.

 

Impossible d’être passé à côté de son live au deuxième étage de la Tour Eiffel le mois dernier et visionné plus de 700.000 fois depuis. Le producteur français exilé en Australie gravit une à une les marches du succès avec sa chill music des familles et vous fera danser jusqu’au petit matin sans aucune difficulté.

Bonus : son album Panorama sort le 25 novembre.

 

Vous pouvez retrouver la programmation complète et la billetterie sur le site du festival.

Tags

Mais aussi...