Vous voyez les pyramides, ces petits trucs pointus pour reprendre l’expression du César interprété par Alain Chabat dans Astérix et Obélix: mission Cléopâtre? Et bien l’Égypte antique fascine encore aujourd’hui et s’invite dans la mode, la beauté et une exposition exceptionnelle sur le sujet. Une tendance loin de faire profil bas (désolé pour la blague).

Les parures de Néfertiti chez Chanel

La saison dernière, le regretté Karl Lagerfeld avait signé une collection Métier d’Art exceptionnelle pour Chanel placée sous le signe du don du Nil a.k.a l’Égypte. Au pied du temple de Dendoure (temple de la déesse Isis) en plein milieu du Metropolitain Muséum de New York, la maison a fait défiler des silhouettes au port de reine. Plastrons égyptiens ornés de pierres multicolores et de plumes sublimées par de la feuille d’or et des pigments naturels, tweed signature revisité pour l’occasion ainsi que Kalasiris, ces longues robes tubes en lin que portaient les femmes à cette période. Déjà une grosse tendance mode printemps/été il y a -2000 ans .

On fonce sur la tendance pour la saison à venir avec la collection printemps/été 2019 de la griffe hongroise Nanushka intitulé “Totem” qui met au goût du jour babouches, sandales au bout carré et sac effet peau de croco (du Nil). Côté accessoire, on mise sur la bague serpent ou le collier façon oeil d’Horus pour se préserver du mauvais oeil justement.

Le liner graphique façon Elisabeth Taylor

On a retrouvé à l’intérieur de tombeaux égyptiens de nombreux cosmétiques encore utilisés dans nos salles de bains aujourd’hui: khôl, flacon à fard, huiles parfumées et autres pommades. Mais les momies n’étaient pas les seules coquettes et le trait d’eye-liner vient s’inscrire comme une tendance beauté majeure de la saison. Fin et dessiné en haut de la paupière et en dessous de l’oeil il se décline dans des couleurs vives: bleu Klein, vert émeraude ou encore blanc.

Le tombeau de Toutânkhamon à la Villette

Pas le temps et pas l’argent pour un voyage au Caire, direction la Grande Halle de la Villette pour voir les joyaux des pharaons avec Toutânkhamon , le trésor du pharaon. L’occasion de jouer les Idiana Jones et de découvrir les quelques 150 pièces du tombeau découvert en 1922 par Howard Carter. Il vous faudra tout de même réserver vos billets à l’avance pour cette exposition itinérante qui posera ses valises du 23 mars au 15 septembre dans la capitale. Des précautions nécessaires au vu de l’affluence attendue. En 1967, l’exposition sur le roi Egyptien avait attiré pas moins d’1,2 million curieux !