Ces derniers jours, Black Panther était sous les feu des projecteurs. En cause ? Une attaque raciste dont le film était la cible. Un « Google bombing » qui précède sa sortie au cinéma, prévue pour demain.

Ce weekend, lorsque vous tapiez « Black Panther » sur Google, les résultats affichés étaient… surprenants.

C’est le moins que l’on puisse dire. La production était en effet associée au film La planète des singes : suprématie, sur le site Allociné. Un parallèle évidemment raciste entre le casting 100% afro-américain et les protagonistes simiesques de la saga. De même sur le site Sens Critique, la mention Les dix petits nègres était affichée aux côtés de Black Panther.

La militante et journaliste Rokhaya Diallo a interpellé Allociné sur Twitter.

Le site s’est défendu, invoquant le rôle de Google dans le référencement des termes liés à Black Panther.

En effet, il s’agit d’une action menée par des groupes d’internautes conséquents, qui publient des mots-clés précis sur les réseaux sociaux et sites ouverts aux commentaires, pour que Google les associe à une page. Ils tapent aussi dans les moteurs de recherche, les divers mots-clés combinés, de sorte que l’algorithme de Google les fait apparaître  — vu leur récurrence — dans les premiers résultats. Cette pratique se nomme le « Google bombing ».

Aux États-Unis, le même phénomène était déjà apparu, sous la forme d’un « review bombing » cette fois. Un groupe Facebook s’était uni sous le thème «donnons à Black Panther un score d’audience pourri sur le site Rotten Tomatoes». Sur le fameux site de critiques, le film obtient en effet une note de 97% : de quoi attiser le désarroi raciste de certains.

Le même groupe avait lancé une initiative similaire pour le dernier Star Wars, jugeant qu’il y avait trop de femmes au casting.

En somme, une raison de plus pour aller voir Black Panther, dès demain.