Namilia est une jeune marque basée à Berlin, composée du duo Emilia Pfohl et Nan Li. Leur dernier show SS18 présenté lors de la Fashion Week de New-York a fait sensation outre-Atlantique. En cause ? Leur style érotico-élisabéthain, fort de ses détails couture, ses strings taille haute et ses vagins brodés. Une collection engagée rendant hommage à une sensualité féminine assumée. Rencontre avec Nan, l’un des créateurs d’un label en phase avec son temps, prônant une féminité libérée de toutes contraintes morales et politiques où le fantasme se mue en réalité sans jamais dévier de sa fonction première d’irréalité.

Namilia SS18

Dites-m’en plus sur vous et votre expérience dans la mode ?

Nan Li : J’ai rencontré Emilia lors de nos études de mode à l’université des arts de Berlin. Puis, j’ai continué un master au Royal College of Art de Londres dans la spécialisation mode féminine et Emilia m’a rejoint pour la collection finale, qui a aussi été la première collection de Namilia, nommée « My Pussy, my choice »

Comment s’est passé votre défilé à New-York pour la collection printemps-été 2018 ? Comment vous sentiez-vous ?

NL : La semaine a été très intense et nous avons eu beaucoup de choses à régler à la dernière minute tels que le casting des mannequins, les essayages, la production, les réunions etc… Mais cela a porté ses fruits car le défilé était incroyable ! Nous avons reçu de très bons retours et sommes très fiers du travail fourni et du résultat final.

Namilia SS18

Quelles ont été vos inspirations principales pour la collection SS18 « The Indiscreet Jewels » ?

NL : Le point de départ a été une phrase que nous avons lu dans un article de Lux Alptraum dans le New York Times. « La pornographie est consommée dans une culture où l’éducation sexuelle est minime, basée sur la peur et souvent inexacte. La pop culture favorise une dichotomie confuse entre la « vierge » et la « salope », ce qui favorise l’exploration sexuelle tout en diabolisant la promiscuité« .

Nous nous sommes inspirés des princesses Disney, des tenues des gogo-danseuses et des stripteaseuses, de la reine Elizabeth 1ère (surnommée la Reine Vierge) et de l’univers de la couture. Nous voulions évoluer et s’émanciper d’une image streetwear et s’attarder sur des matières et des silhouettes très nobles afin de créer une ambiance plus couture. Ce sont des looks hybrides qui opposent des clichés négatifs et des images patriarcales sur la féminité qui sont transformés en quelque chose de puissant, des choses qui sont habituellement considérées comme « faibles » qui prennent le pouvoir.

Namilia SS18

Expliquez-moi votre intérêt pour les parties génitales. Cette saison, ce sont des vagins qui ornent vos robes et la saison passée, des pénis agrémentaient vos brassières ?

NL : Il faut arrêter de traiter le sexe comme un sujet tabou mais le considérer comme quelque chose de naturel et le célébrer comme un aspect important de la vie. On devrait éduquer les plus jeunes sur toute la complexité de la sexualité, de la plus belle chose à la plus étrange, de la plus intime à la plus folle.

Lorsque nous créons une culture sexuelle saine, nous pouvons apprécier le porno pour les fantasmes sauvages et irréalistes qu’ils ont toujours été destinés à être. Nous utilisons l’imagerie des organes génitaux sur nos vêtements afin de rompre avec les règles et les tabous. Plus vous les voyez et plus vous êtes confrontés à cela, plus cela devient quelque chose de normal et de beau, ce n’est pas honteux. Bien sûr, il s’agit aussi de provocation, nous défions notre public sur les notions de goût et d’esthétisme.

Namilia SS18

A quoi ressemble la fille idéale selon Namilia, quelle personnalité a-t-elle ?

NL : La fille Namilia est une femme qui prend le pouvoir. Elle ne prend au sérieux ni la mode, ni elle-même et elle utilise nos vêtements comme de véritables armes politiques et personnelles.

Namilia SS18

Quelle relation entretenez-vous avec la nudité ?

NL : Nous sentons que la mode est devenue assez conservatrice ces dernières années. Quand vous regardez des collections de la fin des années 1990 et du début des années 2000, il n’y avait aucun problème à montrer un sein ou un peu plus de peau. De nos jours, bizarrement, la nudité est de nouveau devenue un problème.

Vos créations repoussent les limites de la féminité, comment définissez-vous la mode féminine aujourd’hui ?

NL : Pour nous, Namilia concerne la liberté d’expression. Nous voyons notre marque comme un projet d’art déclenchant de nouveaux processus de réflexion et des nouvelles discussions sur la façon de considérer le féminisme et la mode en général. Nous voulons célébrer toutes les formes de féminité et de sensualité afin de permettre aux femmes de se sentir bien avec elles-mêmes.

Namilia SS18

 

Emilia Pfohl et Nan Li de Namilia
Namilia SS18