Lors de l’ouverture de sa deuxième boutique à Londres, Manolo Blahnik a annoncé qu’il aimerait collaborer avec H&M ou Topshop.

Si beaucoup d’entre nous ont découvert Manolo Blahnik aux pieds de Carrie Bradshaw, il ne faut pas oublier que ce sont Paloma Picasso puis Diana Vreeland, alors Rédactrice-en-chef du Vogue US qui lui donneront sa chance en 1971. S’il a toujours rejeté la célébrité que lui a conféré Sex & The City, qu’en sera-t-il d’une collaboration avec un groupe de fast fashion ? « Si on me donne la liberté et qu’on ne m’impose pas de conditions, je le ferais avec plaisir. J’apprécie que mes chaussures soient vues. Je ne parle pas d’imitations, comme celles que l’on trouve en Chine, mais de vraies chaussures » a-t-il confié lors d’un entretien avec l’AFP. Une révélation très surprenante de la part de Manolo Blahnik qui, depuis la création de sa marque, a toujours refusé d’intégrer de grands groupes de luxe, préférant rester indépendant. « Je resterai indépendant jusqu’à ma mort. Parce que j’aime la liberté, toute la liberté. Les gens passent leur journée à vous dire ce que vous devez faire. Je ne peux pas travailler comme ça. Il m’a fallu trop de temps pour réussir à vivre comme je l’entends » affirmera-t-il à ce propos. Après des collaborations plutôt sportswear, une collection axée accessoires et talons de 10 cm rafraîchirait les capsules d’H&M.

En attendant de savoir si les H&M et Topshop répondront à l’appel, Manolo Blahnik ne se tournera pas les pouces cette année. Alors qu’il vient d’ouvrir sa deuxième boutique londonienne, la première d’un documentaire sur lui sera présenté lors de la Mostra de Venise en septembre prochain. Réalisé par Michael Roberts, le documentaire s’intéressera à la vie du créateur, son process créatif et croisera de nombreuses interviews dont Anna Wintour, Paloma Picasso, Candace Bushnell, Charlotte Olympia, Rihanna, Naomi Campbell ou encore David Bailey. Mieux encore, une exposition présentant plus de 500 de ses créations voyagera dans toute l’Europe. « L’exposition voyagera dans les endroits que je préfère en Europe. Elle passera par l’Espagne, mais d’abord, elle sera à Venise, où j’ai travaillé pendant plusieurs années et qui est la ville que je préfère. Il y aura aussi Prague, que j’adore, parce que c’est la ville où mon père est né », confie-t-il. « Et puis Saint-Pétersbourg, l’une de mes villes préférées en Europe. Elle sera au musée de l’Ermitage, vous vous rendez compte ! C’est un grand privilège et je ne comprends pas pourquoi, parce qu’après tout, je ne fais que des chaussures !« 

Manolo-blahnik-hm-topshop-2