L’émission culturelle de France 2, Stupéfiant!, a produit un sujet qui fait réfléchir dans le cadre de sa rubrique La Brigade du Stup’. De mai 68 en passant par la résistance italienne, il nous montre comment la mode et la publicité se sont emparées de ces contestations. La mode s’est souvent imposé comme une affiche du contre-pouvoir. Réelle prise de position ou business, leur légitimité s’avère cependant plus que questionnable. Une chose est sûre, la révolte peut rapporter gros et c’est un constat assez effrayant.

Le gilet jaune

Signe de protestation de tout un mouvement, le gilet jaune s’est entouré d’une symbolique forte. Sa simplicité, sa visibilité ( merci au jaune fluorescent) et son accessibilité en a naturellement fait un signe de ralliement pour le ras-le-bol des Français. Tout aussi naturellement, il est également devenu une source de rentabilité. Ces derniers mois, L’Institut national de la propriété industrielle (INPI) a constaté une augmentation de demandes de dépôts pour la marque ” gilets jaunes”. Ces demandes englobent plusieurs produits et services notamment dans les domaines du textile et de la publicité.

Le pavé parisien

Mai 68, date phare de la révolution de toute une génération a aussi fait vendre. Le documentaire explique que plusieurs marques se sont inspirées de la révolte parisienne pour en faire un objet de création stylistique. Affiches contestataires de 1968 et slogan ” C’est non, non et non” au coeur du défilé Dior automne/hiver 2018, baskets Kikers aux couleurs du mouvement… La palme revient tout de même au  sac ” pavé” de Sonia Rykiel en hommage aux pavés utilisés par les émeutiers. A se procurer pour la modique somme de 790 euros tout de même.

 

Le Che

Qui n’a jamais vu un t-shirt à l’effigie de Che Guevara?  L’icône de la gauche révolutionnaire cubaine est devenu une icône de la mode. Cheveux longs et béret à étoile sur la tête, cette photo d’Ernesto Guevara fait vendre à travers le monde.

“La photographie concentre toutes les vertus qu’on attribue au Che : honnêteté, bravoure, désintéressement, défi, loyauté, fierté, sans oublier une dose de virilité militaire. Le visage de Che Guevara exprime autant la fermeté (face aux Etats-Unis) que la confiance (en l’avenir de la révolution), la négligence (barbe, cheveux longs au vent) que le sérieux de l’engagement (l’étoile de commandant sur son béret)” , le publicitaire Jacques Séguéla au magazine Photo.