hornof modzik Interview   |  2 Août 2016 à 14:39

HORNOF.TV

Vous n’avez peut-être pas encore entendu parler de Hornof.tv, le projet du génial créateur Frederick Hornof. A la fois marque de luxe et téléshopping futuriste, Hornof.tv est plus qu’un label de mode : c’est une nouvelle façon de consommer. Mêlant l’univers du numérique à celui du vêtement d’une manière novatrice et intrigante, son créateur nous en dit plus dans ces quelques lignes.

hornof tv lookbook hornof tv lookbook hornof tv lookbook

Parle nous de tes débuts… de ce que tu faisais avant de lancer ta marque éponyme.
Après avoir obtenu mon master en stylisme de mode à l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, j’ai effectué un stage à Paris chez Mugler. A l’époque, Nicolas Formichetti en était le directeur artistique. J’y ai travaillé en tant qu’assistant environ un an et demi. Lorsque la marque a choisi de partir dans une nouvelle direction au niveau créatif, j’étais en pleine réflexion : chercher un nouveau poste ou monter mon propre label. Pendant un petit moment, j’ai travaillé en freelance et puis je suis retourné à Anvers pour créer Hornof.tv. En février 2016, j’ai lancé ma marque et son site internet. C’est du prêt-à-porter féminin présenté via un concept de video-webshopping interactif. On peut décrire ça comme une interprétation sombre, mystérieuse des émissions de teleshopping des années quatre-vingt dix… C’est très éloigné de la production de masse : on ne crée les vêtements que sur demande. Pour chaque collection, une nouvelle expérience cinématique est réalisée. Le client découvre nos créations et peut directement les précommander sur le site. La vidéo entière est découpée en onze scènes, dans lesquelles on découvre différentes propositions sur les façons dont le vêtement peut être porté, avec quoi il peut être marié.

Que retiens-tu de ta première expérience chez Mugler? Qu’est ce que cela t’a apporté ?
On était une petite équipe, ce qui était génial pour moi parce que dès le départ on m’a donné des responsabilités. Je me souviens que dès ma première semaine de stage, j’ai dû développer une idée de robe avec trois mètres de peau de serpent que l’on m’avait confiés. Je n’avais jamais travaillé avec du serpent et j’étais très nerveux à l’idée de ruiner une matière aussi noble. Mais j’ai appris énormément de choses grâce aux couturières de la maison. La plupart d’entre elles travaillaient dans différents ateliers de marques françaises depuis de nombreuses années. Elles étaient de vraies sources de savoir-faire et avaient des tonnes d’anecdotes sur la mode à raconter.

hornof tv lookbook hornof tv lookbook hornof tv lookbook

La mode, ça a toujours été une véritable passion ?
Je passais plus de temps à jouer avec les poupées Barbie de ma sœur qu’elle ne le faisait, donc on peut dire ça comme ça.

Parle nous de ta volonté de créer Hornof.tv – une plate-forme qui mêle mode et musique de manière inédite.
Le créatifs qui travaillent dans la mode se rendent compte que le système de production s’accélère et que tout se fait beaucoup trop rapidement. Il est difficile de ne pas se sentir épuisé, impuissant par cette accélération. De plus en plus de marques cherchent des alternatives, des nouvelles manières d’aborder la mode. J’ai envie d’échapper à cette rapidité et de prendre le temps de créer quelque chose de personnel, à mon propre rythme.

Est-ce que tu penses à une femme en particulier quand tu dessines des vêtements ?
Oui, mais c’est un mélange de personnages. Elle est forte et dominante et aime autant se prélasser sur son yacht que sortir en rave dans un bunker. C’est quelqu’un qui a une esthétique assez sombre, mais qui l’aborde avec espièglerie. J’essaye de lui créer une garde-robe pour chaque occasion. Une personne a parfaitement décrit ma collection : Carine Roitfeld sort au Berghain.

Qui voudrais tu voir porter tes créations dans la vraie vie ?
Carine et sa fille Julia, sans hésiter. Mais aussi n’importe quelle femme passionnée, forte et fière souhaitant également conserver une part de mystère.

Quoi de neuf pour l’été 2016 ?
Le cinéma est une grande source d’inspiration pour Hornof.tv. Autant pour nos vidéos que pour nos créations. j’adore le travail de Fassbinder et, pour ma prochaine collection, je redécouvre ce cinéaste qui compte parmi mes favoris.

hornof tv lookbook hornof tv lookbook hornof tv lookbook


 

Ce qu’il faut te dire pour te draguer ?
Si les étoiles sont favorables, aucun mot n’est nécessaire.

« Plus Size Fashion » et « Size O » – yay or nay ?
La beauté est partout.

Jodorowsky ou Lynch?
LES DEUX !

Un objet fétiche ?
Le mobilier de Carlo Bugatti.

As-tu déjà été fan d’un artiste ? En mode posters partout dans ta chambre ?
Je suis de la génération grunge, alors Nirvana.

Quelle chanson adores-tu en ayant honte de l’avouer ?
« Sinnerman » de Nina Simone, sans honte, et « Pure Shores » des All Saints.

Quel est ton premier reflexe le matin ?
Un morceau de Philip Glass et du café.

Ton dicton préféré ?
« Do not go gentle, into that good night. Rage, rage against the dying of the light », Dylan Thomas. (« N’entre pas apaisé dans cette bonne nuit. Enrage, enrage contre la mort de la lumière »)

Article originellement publié dans le numéro 48 de Modzik, disponible sur notre e-shop.

Tags

Mais aussi...