Dilara Finikoglu a présenté sa collection printemps-été 2018 pendant la Fashion Week de Londres et ses créations teintées de dramatisme sont loin d’être passé inaperçues (et cela même à Londres). Cela grâce à un univers post-apocalyptique élégant et angoissant, à des silhouettes hybrides punk venues tout droit des ténèbres et à un casting des plus gratiné.

Dilara Findikoglu SS18

L’univers de Dilara Findikoglu n’appartient qu’à elle et la créatrice turque excelle dans l’art de remettre au goût du jour une mode dramatique gothique, souvent boudée et peu représentée dans les hautes sphères de la mode. C’est à la Central Saint Martins de Londres que la créatrice a fait ses armes. Son premier défilé londonien s’intitule « Seven Sister of Inherited Sun », Dilara y explore un univers post-apocalyptique peuplé de personnages irréels et puissants. Chaque silhouette incarne un univers singulier dont Dilara réinterprète l’essence à sa manière tels que Lucifer, Dieu, le Diable, Cléopâtre ou encore le Pape. Pour incarner ses puissantes créatures, Dilara a fait appel a un casting 5 étoiles dont la chanteuse Brooke Candy, transformée en première ministre rigide et diabolique, l’artiste Sussi, méconnaissable en roi des ténèbres et la mannequin Lily McMenamy en clou du spectacle, muée en déesse écarlate grâce à une longue robe vaporeuse et des cuissardes montantes jusqu’aux cuisses rouge sang.

Dilara Findikoglu SS18
Dilara Findikoglu SS18