Que signifie le terme « virilité » en 2017 ? MODZIK s’est posé la question dans son nouveau numéro 54. Une notion vieillissante, presque obsolète destinée aux hommes qui fait toujours face à des clichés tenaces. Et si la virilité prenait un nouveau tournant dans un futur proche, en se réappropriant des nouveaux codes moins normés ?

S. Pri Noir porte une chemise Louis Vuitton et un bandeau Gucci. Sneazzy porte un pull et un duffle coat Fendi. Photo: Bertrand Le Pluard / Style : Nicolas Dureau

La virilité est un terme masculin qui désigne l’ensemble des caractéristiques de l’homme adulte, régissant souvent son apparence physique et son comportement dans la société et souvent inculquée inconsciemment (ou pas) dès le plus jeune âge d’un garçon. Si pendant longtemps, « un homme, un vrai » se devait de respecter certains critères prouvant son statut puissant de masculinité – sous peine de se voir considéré comme déviant ou « faible » –, il semblerait que les règles du jeu soient en train d’évoluer. Un changement nécessaire qui est encouragé par les différences de plus en plus floues entre les hommes et les femmes. En effet, la mode unisexe se fait légion dans l’industrie et la parole des femmes dans la société est de plus en plus considérée – sur les agressions diverses notamment. Tout cela tend à une évolution positive et réelle vers ce doux rêve qu’est l’égalité des sexes.

Les hommes souffrent de ces clichés qui s’imposent à eux depuis la naissance. Sous couvert du terme virilité, se cache le respect de certaines normes prédéfinies où il est nécessaire de remplir les cases de la bonne morale : d’être musclé pour protéger et savoir se défendre, de souvent cacher ses émotions, de ne surtout pas pleurer et ne pas être efféminés, jamais. Eddy de Pretto, nouvelle perle de la pop française dédie une chanson entière « Kid » à cette notion, « Tu seras virile mon Kid, je ne veux voir aucune larme glisser sur ce visage héroïque et ce corps tout sculpté ».

Eddy de Pretto porte une chemise, un pantalon et une ceinture, AMI. Photo : Yann Morrison / Style : Nicolas Dureau

Déconstruire les clichés de la virilité est un pari compliqué, mais possible si chaque individu commence par prendre conscience de l’impact négatif que peuvent avoir ses idées reçues sur la liberté masculine et donc indirectement sur celles des femmes. Dans le MODZIK n°54, des artistes d’horizons divers se sont livrés sur cette notion. Un numéro placé sous le signe du rap car Modzik est parti à la rencontre des rappeurs qui feront la musique de demain dont une pointure du rap US : Joey Bada$$. Souvent stigmatisés et relégués au rang de Bad Boy misogynes, les rappeurs essuient des préjugés tenaces mais Joey s’est toujours plu à casser les codes et investit le rap game à grands coups de lyrics engagés et de bérets ajustés. Artiste au cœur pur et avant-gardiste, il n’est jamais frileux à s’exprimer de manière audacieuse car ce qu’il veut, c’est avant tout se sentir bien dans ses baskets, aider les plus faibles et revendiquer des causes justes.

Joey Badass porte un costume bleu marine en dessous, un sous pull col roulé Acne Studios et un manteau J.W. Anderson. Photo : Mous Lamrabat / Style : Lisa Lapauw et Marine Gabaut

Retour dans l’hexagone où nous avons rencontré les rappeurs S.Pri Noir et Ichon. Bien que leurs styles soient foncièrement opposés, leur talent les unis et la même passion pour les mots les anime. MODZIK est prêt à parier que leur éloquence moderne et  fracassante vont changer la donne dans le rap français. Pour Ichon, la masculinité évoque la part de féminité qui se trouve en chaque homme et vice-versa. Les genres se confondent pour ne faire qu’un seul et même individu. Quant à S. Pri Noir – l’un des rappeurs les plus en vu du moment – être « masculin » signifie assumer et accepter sa différence.

S.Pri Noir porte un manteau Billionaire Couture, une chemise et un pantalon Louis Vuitton, des chaussettes et un bandeau Gucci et des chaussures Adidas Originals EQT. Photo Bertrand Le Pluard / Style : Nicolas Dureau

 

Ichon porte une chemise Dior Homme et une veste Gucci. Photo: Urivaldo Lopes / Style : Edem Dossou

Du rap mais pas seulement et ce numéro spécial « virilité » s’est intéressé à la jeune génération, la même qui affectionne la désinvolture et l’individualité. Du bagout à revendre comme la jeune chanteuse Billie Eilish. Ne vous fiez pas à son âge – elle a 16 ans et toutes ses dents – car cette fille est brillante et ses paroles matures sont envoûtantes.

Billie Eilish porte un ensemble Adidas by Alexander Wang, des lunettes Véronique Leroy et des bottes Cheap Monday. Photo : Manu Fauque / Style : Nicolas Dureau

La leçon qu’il sera à nécéssaire de tirer dans ce numéro est l’importance de prendre des risques pour se rapprocher au plus près de ses rêves. Un mantra qu’à bien assimiler le créateur du label new-yorkais Gypsy Sport qui prône une mode non genrée et ouverte à la diversité. Pour Rio Uribe – ancien vendeur dans le prêt-à-porter et créateur de la marque – les hommes aussi sont sexy, surtout quand ils sortent (d’un point de vue stylistique) des sentiers battus, car rien n’est plus ennuyeux que des choix stylistiques monotones et évidents. Cependant, pas facile d’être créatif pour un homme quand on s’attarde un minimum dans les rayons des grandes enseignes de prêt-à-porter et qu’on constate le cruel manque de choix et d’audace – bonjour l’ennui.

Gypsy Sport

La sensibilité, parfois perçue comme une faiblesse (au mieux, une niaiserie) par certains, se conjugue pourtant parfaitement à la notion de virilité. Il est grand temps de changer la donne et d’imaginer un avenir meilleur pour les hommes et les femmes, ensemble, afin de déconstruire ce que l’on connaît de la virilité. Pour commencer, rendez-vous dans le MODZIK n°54.

Sac Gucci et bouquet Pampa Paris. Photo : Denis Boulze / Réalisation : Tiphaine Menon