Black Mirror Société   |  27 Oct 2016 à 15:07

#Instagram : Le grand mensonge des blogueuses révélé

C’est un secret de polichinelle : derrière la perfection factice de leurs photos instagram, les blogueuses usent de techniques bien ficelées. Couleurs épurées (thanks to the filter), angle de vue ciblée, position flegmatique, l’impression d’instantané se travaille comme une photo de carte postale. Au point de rendre tous ses sens au mot « cliché »…

Tycia, blogueuse beauté qui cumule les 61K sur sa page d’abonnés Youtube, a publié ce dimanche une vidéo virale : avec une bannière « je vous mens », la lilloise y dévoile toutes ses techniques pour réaliser une « bonne » photo instagram, laquelle n’est en rien (qui en doutait ?!) issue du « hasard de l’instant ».  Dans cette vidéo (22 207 vues au dernier compteur), la blogueuse repasse ainsi les principaux clichés de sa routine : le resto se transforme en shooting où il faut monter sur sa chaise pour avoir le bon angle, la rue devient un arrière plan street-art pour mettre en valeur un look, la chambre un studio minimaliste pour des compositions déterminées. Avec une bonne dose de dérision –  +1 pour le #nomakeup après une séance maquillage bien travaillée – la jeune fille s’assume comme une pro, révélant son quotidien aux allures de publicité mensongère.

 

 

Le Grand Fake

Tycia n’est pas la première a révéler les dessous des photos instagram. Il y a un an, une jeune australienne, Essena O’Neill, star du réseaux social avec plus de 700 000 followers, avait supprimé bon nombre de ses photos en assumant le fait qu’elles n’avaient d’autre but que l’auto-promotion et le placement de produits. Par dégoût ou par stratégie, elle n’avait conservé que certains clichés sous lesquels elle confessait toute la préparation que cela demandait : « Likez ce post s’il vous plaît, j’ai mis du maquillage, bouclé mes cheveux, enfilé une robe moulante, porté un gros bijou inconfortable, fait plus de 50 essais différents avant de choisir celle que vous pourriez aimer, puis je l’ai éditée sur plusieurs applis, afin de pouvoir ressentir une certaine approbation sociale de votre part. »

 

essena-o-neill

 

Le #promoteyourself et ses dérives

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, chacun y va plus ou moins de son petit portefolio personnel. Certaines mises en scène sont devenues des indispensables pour recevoir le maximum de like : la photo « food », le « lookbook », le selfie, le closing, ont des critères bien précis qu’il convient de respecter. Lorsque l’on vit de son instagram, aucun capuccino ne peut être laissé au hasard. Et même si la vidéo de Tycia nous fait rire par son ironie légère, elle peut prendre un sens beaucoup moins récréatif, selon l’oeil qui la regarde.

Black Mirror, épisode 1 de la saison 3.

Black Mirror, épisode 1 de la saison 3.

 

Jusqu’ici tout va bien : le selfie à tous les coins de rue prête à sourire de nos jours.  Mais de nombreuses fictions tendent à montrer que ces pratiques ne sont pas sans risque sur notre liberté de pensée. Créée il y a 5 ans, la série Black Mirror est un peu la digne héritière d’un 1989 d’Orwell. En élaborant des intrigues dans un futur pas si lointain, elle jette un regard glaçant sur la place de plus en plus marquée des nouvelles technologies dans notre quotidien. Certains épisode montre un monde totalement dominé par les réseaux sociaux, qui prendraient le pas sur tout, nos amours, nos amitiés, et même notre mort. [SPOILER ALERT] Et le premier opus de cette nouvelle saison ne nous épargne toujours pas : le scénario présente un univers où chacun se noterait, du serveur qui vous a servi un café chaud, à la personne croisée dans l’ascenseur pour la cordialité de sa conversation. Les notes, allant de 1 à 5 étoiles déterminent ainsi votre valeur : si vous êtes au-dessus de 4, vous êtes un influenceurs, ayant accès aux meilleurs services ; mais si vous êtes en dessous de 3, vous êtes un reclus de la société. Même si la série reste une fiction (et une fiction géniale), le parallèle avec les blogueuses à la « pêche aux likes » prend ainsi une toute autre couleur. Quelle crédit accorder à la sincérité si tous nos faits et gestes sont déterminés à devenir une photo instagram ?

 

capture-decran-2016-10-27-a-15-00-34

Le selfie #nomakeup ou l’art du mensonge. © @tyciadchannel

 

Sous la vidéo de Tycia, les commentaires affluent « j’adore, c’est tellement ça », « je me reconnais tellement ! »; après tout, tout le monde préfère en rire. Même si personne n’est dupe de la fausse impression d’instantané, étant nous-même désabusés depuis longtemps, tout porte à croire que l’auto-promotion a encore de beaux jours devant lui. Et ne présage pas forcément du bon…

 

Crédit vidéo : Tycia

Crédit auteur : Amélie Ismaïli

Tags

Mais aussi...