Signant respectivement la programmation du Rex Club et du Festival des Nuits Sonores, ces deux mordus de l’univers musical actuel et alternatif nous proposent du Mercredi 27 Juin au Dimanche 1er Juillet sur Paris une programmation musicale hors normes.

Avec un line up de plus d’une trentaine d’artistes allant de Laurent Garnier aux loupiots de Wolf & Lamb, la sélection est digne d’un mini festival du Sonar, sauf que cette fois-ci c’est à Paris.

Avec des happenings non stop, accompagnés de VJing ultra pointus, on notera deux coups d’éclat dans ce festival.

Vendredi soir, le fameux duo Berlinois Modeselektor envahit le Trianon. Se décrivant eux mêmes comme « un dragon du son gourmand et infatigable qui crache de la distorsion à la place du feu », le duo performe un live d’une heure et quarante minutes, sans une fois lâcher prise du rythme lancinant et industriel. La foule est hystérique, suivant inlassablement leurs Dieux vivants, ils sont happés par leur performance. Clou du spectacle, Marie Lanne enceinte de 8 mois, reçoit une ovation du duo: “you have a Modeselektor baby now”, car c’est ça Modeselektor une histoire d’amour interminable entre ces Berlinois et leur public.

Second coup de force, la programmation du Samedi soir au Cabaret Sauvage. Dans les lointaines péripheries du 19ème arrondissement, se regroupent tous les passionés de la scène électro pointue. Pas un hipster en vue.

De 18 heures à six heures du matin, se succèdent les génies de l’électro dont la scène underground n’arrête pas de parler en ce moment. De John Talabot à Damien Lazarus en passant par la belle russe Nina Kraviz, on n’oubliera pas le battle entre Superpitcher et Chloé, qui donne le ton à la soirée.

Deux étudiants à la frimousse émoustillée m’expliquent pourquoi ils sont là. “La musique électronique est une possibilité infinie. On produit des bruits très différents et électiques. Aussi bien de jour et de nuit, elles peuvent varier de basses très violentes à des sons très doux très langoureux.” m’explique Andry.

“ J’ai commencé à écouter grâce à mes amis. La musique électronique apporte un univers, mais qui est très personnel, car chacun le perçoit comme il veut. Individualiste? Surtout pas en live car toute la foule est en osmose, mais elle peut l’être lorsqu’on l’écoute seul chez soi.”

Le pote Emile rajoute qu’une des particularités de la musique électro c’est qu’ il n’y a plus d’intermédiaire entre le compositeur et l’interprète: “Grâce à un ordinateur ou une boîte basique, le producteur peut faire de la musique directement pour son public, pas d’intermédiaires, le rapport ne peut être plus honnête.”

Six heures et des poussières, la fin sonne le glas, il est temps de rentrer et surtout de remercier Mercredi production pour une telle programmation dont on prendra du temps à se remettre..

Remerciements à Mercredi production et Charles Provost. 

Nina Kraviz sera  dans notre prochain numéro Modzik Septembre/Octobre 2012. 

 Par Jeanne Hancock


Crédit photo : Tanguy Calvez